www.athle.fr
Accueil
SITE OFFICIEL
de l'athletic club de cannes




Gilbert DUJARDIN DELACOUR


          

Aujourd'hui nous allons à la rencontre d'un athlète très particulier. Personnage très attachant, proposant toujours son aide en tant que bénévole, Gilbert n'en est pas moins un super athlète. 

Du haut de ses 75 printemps, Gilbert (alias "Papy Perche" surnom donné par les jeunes sauteurs du club) détient un palmarès impressionnant avec plusieurs titres de Champion de France et autant de podiums. Cette rencontre du jour revient sur les dernières performances de notre "Papy Perche" qui au passage a commencé la perche à l'âge de 63 ans.


Salut Gilbert, racontes nous un peu ta saison et tes dernières performances ?


GDD : La saison était d'un excellent cru avec mes deux titres de Champion de France à la perche (2m50) et en hauteur (1m18) chez les M70 (Men 70 ans). L'objectif était d'effectuer une préparation complète pour les Championnats du Monde de LYON. Ma 9ème place à ces Championnats du Monde fut très satisfaisante étant donné que j'étais en concurrence avec d'anciens grands athlètes dont le vainqueur suédois participa aux Jeux Olympiques 1972 de Munich.
Ma saison s'est finie en apothéose par l'obtention du record de France des M75 grâce à un saut à 2m50.


Tu as commencé tardivement le saut à la perche (63 ans), comment t'es venu l'idée de pratiquer cette discipline ?   


GDD : Auparavant j'ai pratiqué beaucoup de sports allant du parachutisme à la plongée, le plongeon, l'escrime, la natation ou encore l'équitation ainsi que beaucoup de sports de combat.
Le saut à la perche a toujours été une discipline qui m'attirait. Je m'entraîne 2 à 3 fois par semaine pour tenter d'améliorer mon record et approcher le record du Monde (2m80). Il n'est jamais trop tard pour faire de nouvelles expériences et tant que j'ai la forme, pourquoi m'en priver !


Quels mots pourrais tu adresser à de jeunes athlètes souhaitant se lancer ?

GDD : L'erreur serait d'hésiter, vas y, c'est top, tu ne pourras plus t'en passer.


A en voir Gilbert, nous pouvons dire que l'athlétisme conserve et qu'a tout âge on peut y trouver plaisir et enthousiasme, un exemple à suivre.
 

 






Marisa SCHWENDEMANN



Une nouvelle rencontre avec Marisa SCHWENDEMANN pour une "Toute première fois". Marisa est à l'image d'Anouk, une athlète issue de la formation cannoise depuis ses tout débuts et une personne fort attachante.


Mon premier entraînement à l'ACC ?


MS : J'ai débuté l'athlétisme chez les tout petits, les baby. Je me rappelle avoir atterri au club grâce à mon papa. Un jour, il m'avait vu courir en jouant au loup glacé avec mes sœurs. Du coup il me proposa d'essayer l’athlétisme. Je ne saurais décrire mon tout premier entraînement, comme ça fait un petit moment, mais il m'a beaucoup plu puisque depuis je n'ai plus quitté le stade. 


Mon premier entraîneur à l'ACC ?


MS : Mon premier entraîneur, c'était Marine ROMERO, une ancienne athlète du club qui lançait le disque. Elle était trop gentille et nous faisait faire pleins d'exercices assez marrants. Je crois qu'elle changeait avec Yoann, un ancien pompier volontaire, je crois.


Ma première compétition sous les couleurs de l'ACC ?


MS : C'était les Pointes d'Or à Vergéze, en minime 1. C'éait mes premiers Championnats de France Jeune et j'étais qualifiée sur le triathlon. J'avais choisir de concourir au le saut en longueur, lancer du poids et sur le 80m haies. J'ai débuté le compétition par les haies où je me suis fait une entorse du poignet droit en tombant à la 5ème haie. Ça s'annonçait mal pour un début de championnat. Puis s'en est suivi la longueur où j'ai battu mon record et le poids où j'ai du lancer de la main gauche vu mon problème au poignet droit. J'ai lancé à 6 mètres et des poussières.
Au final, je ne me souviens plus de ma place au classement général mais j'ai bien appris durant cette compétition.
Il ne faut jamais baisser les bras quand on fait face à un échec. Il faut aller jusqu'au bout des choses jusqu'à ce qu'on y arrive. Parce que si j'avais abandonné après ma chute sur les haies, je n'aurais pas pu battre mon record au saut en longueur.  


Ma première médaille ?


MS : Evidemment celle que j'ai eu avec les filles de l'équipe du saut en longueur à la coupe des spécialités. J'étais encore minime et la compétition se déroulait à Evry Bondoufle. D'ailleurs, il faisait très froid parce que je me souviens avoir porté au moins 5 couches de vêtements sur moi.
C'était ma première compétition chez les grands et c'était génial parce que c'était la première fois que je prenais l'avion et que je partais si loin de chez moi. EN plus j'étais avec ma grande soeur qui lançait le poids, et Nathalie.
Comme j'étais assez timide, c'était rassurant. Il y avait une super ambiance. Du coup, nous sommes montées sur le podium et je suis repartie avec ma toute première médaille FFA. 


Mon premier grand souvenir à l'ACC ?

MS : C'est avec une grande émotion que je me remémore ce moment. J'étais junior 1 et je m'entraînais avec Olivier. C'était aux Championnats de France d'épreuves combinées à Val de Reuil.
Compte tenu des bilans nationaux, j'avais la chance de pouvoir concourir pour une place en Equipe de France au match d'épreuves combinées, qui allait se dérouler à Sheffield.
En effet, les sélectionneurs ne prenaient que les 4 meilleures filles parmi toutes les concurrentes. Je me souviens que ce jour là, j'avais vraiment tout donné.
Le rêve d'être en Equipe de France me tournait autour et je pensais beaucoup à Nathalie BELLOTTI, qui nous avait quitté quelques mois auparavant.
Comme c'était une deuxième maman pour moi, je vivais assez mal sa disparition. Durant la compétition, j'abordai toutes les épreuves en pensant à elle. A l'arrivée du 800m, Olivier, qui avait déjà calculé mon total de points et qui du coup connaissait ma place, est venu me voir et m'a dit que j'étais prise pour le match. 
J'avais réussi, on avait réussi...
Je me suis mise à pleurer et lui aussi parce qu'on savait tous les deux ce que signifiait cette sélection.
C'était un rêve pour moi de pouvoir porter le maillot bleu blanc rouge, et surtout, c'était une victoire pour Nathalie.


Mon premier exemple en tant qu'athlète ?


Céline LAPORTE était un modèle pour moi quand j'étais benjamine/minime. Ca été la première athlète sur qui j'avais pris exemple. Elle était au club, avait un palmarès assez incroyable pour son âge, et elle avait participé au Jeux Olympiques. D'ailleurs, j'étais devant ma télé quand elle est passée sur sa série du 100m haies. Je l'aimais bien parce que je la trouvais assez simple, super gentille et super forte. Je rêvais d'atteindre son niveau plus tard.






Anouk FORAFO



C'est avec un grand plaisir que nous inaugurons cette rubrique avec une interview " Toute première fois" avec Anouk FORAFO, notre spécialiste des épreuves combinées, plusieurs fois médaillée aux Championnats de France, sélectionnée à plusieurs reprises en Equipe de France et formée à l'ACC.


Mon premier entraînement à l'ACC ?


Anouk FORAFO : C'était en 1996, à 11 ans. Je suis venue pour faire un entraînement test, mais à l'époque je m'amusais à faire pleine d'autres sports (tennis, rugby, gymnastique, escrime, voile), alors je n'avais pas continué l'année. Je préférais continuer à toucher à tout. C'est un an plus tard que j'ai vraiment intégré l'équipe des benjamines.


Mon premier entraîneur à l'ACC ?


AF : Bon, soyons honnête, j'ai du mal à me souvenir, car c'était il y a 18 ans !!
En benjamine, je me souviens de quelques éducateurs comme les "jumelles" (Monique et Nathalie GIANARIA), et Laurent DORIQUE m'avait même entraînée au javelot. Mais je me souviens bien mieux de mes entraîneurs en minime ! Michel MASSEGLIA et bien sûr Nathalie BELLOTTI !!


Ma première compétition sous les couleurs de l'ACC ?


AF : J'ai fait ma première compétition d'athlétisme en UNSS (Union Nationale du Sport Scolaire) où j'ai découvert ma passion pour les haies. C'était en 1995 ou 1996. Mais ce n'est que l'année d'après que j'ai couru sous les couleurs du club. J'avais souvenir que j'étais plutôt forte, mais en retrouvant mes performances que je notais soigneusement sur un petit carnet et au dos de mes dossards, j'ai vu que j'étais vraiment très loin des meilleures !


Ma première médaille ?


AF : J'ai gagné ma première médaille en benjamine avec un classement par équipe, car toute seule, j'étais bien loin des podiums !!
Je n'ai commencé à faire de bonnes performances qu'en minime 1ère année, puis de niveau national en minime 2ème année. 
C'est là que j'ai gagné les 2 premières médailles qui comptaient pour moi : c'était en 2000, aux Championnats de France UNSS à St Etienne où j'ai décroché l'or au saut en longueur, et l'argent sur 80m haies.


Mon premier grand souvenir à l'ACC ?


AF : Bien sûr, mon "record de France", sur 80 mètres haies en 2000 sur la piste du stade CHEVALIER, reste un très grand souvenir pour moi. C'est un souvenir que je partageais avec Nath, c'était fort. Après, j'en ai eu encore tellement avec Olivier que j'aurais beaucoup de mal à les classer.
Mais si je joue le jeu, et que je parle de mon PREMIER grand souvenir pour moi, c'était ma qualification pour l'EURATHLON en minime 1ère année.
C'était une compétition qui réunissait les meilleures athlètes du sud de la France, et d'autres pays comme l'Espagne, l'Italie ...
Ma qualification (c'était au javelot !) était une grande fierté pour moi.


Mon premier exemple en tant qu'athlète ?


AF : Quand j'étais minime, Eunice BARBER était la reine de l'heptathlon français. Mais moi, je préférais Marie COLLONVILLE car c'était une heptathlonienne de haut niveau, sans être très musclée ou très grande. Grâce à elle, je me disais qu'avec beaucoup de travail, tout était possible !
Elle était très rigoureuse et j'ai d'ailleurs gardé un souvenir qui m'avait marquée quand j'étais minime.
J'avais mangé avec elle à la fin d'une compétition, et malgré tous les efforts de la journée, elle n'avait pas pris de dessert car elle devait perdre 500 grammes pour ses objectifs à venir ! J'étais bluffée !
Aujourd'hui, c'est Jessica ENNIS que j'aime suivre, mais là, c'est la maman athlète qui parle.



ACC Marche Nordique
Village des partenaires



Découvrez l'ensemble des partenaires qui aident l'ACC dans son fonctionnement. Cliquez sur le panneau ci-dessus pour les découvrir
L'ACC sur facebook
Rejoignez l'ACC sur facebook en cliquant ici !!!!
Retrouvez l'ensemble de l'actualité, photos, vidéos, 
évèneme
nts et autres informations pour suivre le club de plus près
.
L'ACC sur Youtube
Vous pouvez accéder désormais aux vidéos réalisées par l'ACC via la chaîne officielle du club. N'hésitez pas à vous abonner à la chaîne.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour accéder à toutes les vidéos.

AC Photographies

Découvrez de très belles photos de nos événements sur le site de notre partenaire AC Photographies. Accès immédiat en cliquant sur le logo. 
La Gazette de l'ACC
       
La Gazette vous propose des histoires, anecdotes, conseils, portraits, interviews pour tous les passionnés d'athlètisme
Les Espaces